Les niveaux de résistance à la pénétration

De Digipirate
Aller à : navigation, rechercher

D'après les documents de Snowden/Spiegel, l'expérience de la NSA classe les niveaux de résistance à la pénétration selon cinq niveaux (avec exemples datant de 2012 - donc préhistoriques) :


  • Trivial : suivre le parcours d'un document sur Internet
  • Mineur : enregistrer un chat privé sur Facebook
  • Modéré : décrypter un email envoyé via le service de messagerie russe mail.ru
  • Majeur : utiliser des services comme Zoho, Tor, TrueCrypt ou OTR
  • Catastrophique : un mélange entre Tor et un service de chiffrement des données ou le protocole ZRTP


La question que vous devez vous poser est :


"à quel niveau la robustesse de mon VGN (Virtual Glocal Network - la digitalité globale de mon espace relationnel personnel) place-t-elle mes échanges ?"
Il faudrait qu'ils soient une catastrophe pour les NSA du monde entier.