Les "boîtes roses"

De Digipirate
Aller à : navigation, rechercher

L'algorithme "JJU" de la loi sur la surveillance se résume à ceci : "la généralisation d'un pré-terrorisme digital par boîtes-noire interposées peut aider à lutter contre le terrorisme somatique".

Le problème est que le terrorisme peuyt être également psycho-somatique et donc psycho-traumatique. C'est le rôle des "boites roses" et des "boites à malice"



Les boîtes roses

Une "boîte rose" est une "boîte noire" qui agit sur un flux informationnel ou un processus informatique comme sa boite blanche et en révèle ce qui est caché.

On ne sait pas bien l'origine de la couleur "rose" pour la qualifier :

  • parce qu'elle permet d’accéder à des informations intimes et à des images coquines ?
  • parce qu'elles aident à découvrir des "pots-aux-roses" ?
  • parce que c'est la tâche des "boites noires" proposées par un projet de loi socialiste ?
  • par référence aux blouses roses qui elles respectent le secret médical, et donc par opposition à l'"open data" de la loi sur la santé ?
  • une allusion à la formule "l'important c'est la rose" est possible car elle permet de dévoiler ce qui est important. Le calembour de Thierry Le Luron, correspondrait alors à la position de ses opposants.


Les boîtes à malice

Il est possible de "trafiquer le trafic" et de monter ainsi des schéma malicieux où de faux messages sont reçus et de vrais ne le sont pas. Les boîtiers interposés sont surnommés des "boîtes à malice". Il peut en particiler s'agir d'un ou plusieurs "[Les OPES|OPES" connectés à un "call-out server" qui va coordonner l'exécution de la "malice". L'on va même envisager une "cyberguerre des malices".