Accueil

De Digipirate
Aller à : navigation, rechercher

" Il ne faut pas tirer le Gaulois par la Moustache ! "

NIVEAU D'ALERTE ORANGE


Droit au savoir vital et à la protection anti-digipirate
Quand l'Etat met la nation en danger


Lettre concitoyenne
---
Lettre aux Représentants de la Nation

Qu'est ce que Digipirate ?
D'abord didactique ce site devient focal aux projets, propositions, solutions, budgets citoyens de protection des relationnels digitaux.

Acquis
Un corps important de lois existe et va s'adapter et se développer, à charge et décharge : le but est de le présenter et de la commenter librement.

Débats
Ce sujet va sans doute réclamer des décennies de débat jusqu'à une Charte constitutionnelle du Digital et du Numérique.

Documentation
Ce sujet est hautement technique et met en jeu directement les sciences nouvelles de la complexité et la sociologie d'une société à gouvernance partiellement algorithmique.

Le Terrorisme
Eléments techniques.

Digipirateb.jpg


"Hordubuz" :

Architectonique
L'architectonique est la discipline de la compréhension de la réalité, et à ce titre la science de la politique dont l'art est de conduite la société des hommes libres, aujourd'hui digitalement interconnectés.

Doctrine
Il est nécessaire à chacun dans la gestion de ses implications digitales (ordinateurs, logiciels, savoir utiliser) et numériques (contenus intelligents) d'être en cohésion de précaution globale, nationale, locale, personnelle et d'entreprise.

Outils
Tout ce déploiement réclame des outils de traitement et d'échanges digitaux, des standards de présentation numérique et des algorithme d'intellition (calcul d'information à partir de la connaissance réunie).

Cyberguerre
Les civils en première ligne.

Annuaire des pôles référence

Vocabulaire

Histoire

Centre d'Expertise:
citoyen@digipirate.fr - Cette liste est destinée à être un centre d'expertise entre professionnels/chercheurs/développeurs reconnus par leurs pairs, au services des décideurs régaliens et en entreprise qui peuvent les parrainer. D'autres listes sur le même type de sujet, par d'autres sites, sont suivies.




Note de circonstance

"Une loi est proposée de précaution contre les menaces digitales et terroristes. Cette loi est attendue depuis des décennies pour définir une cyberdoctrine nationale et une cohérence de méthodes de Défense, tant au niveau :

  • régalien de l'Etat,
  • que citoyen de chacun
  • et des entreprises.

Toutefois le texte initial de cette loi ne fait sens ni pour les juristes, ni pour les informaticiens, ni pour les entreprises du secteur numérique qui auront à en produire les outils. La raison en est qu'il s'agit, dans l'urgence de la situation actuelle, d'une première incursion, non concertée entre l'Etat, la société civile et le secteur industriel (*), au niveau de la souveraineté et du droit,

  • dans la révolution digitale qui, aujourd'hui, étend le penser et le relationnel humain,
  • comme la révolution industrielle, il ya quelques siècles, en a facilité l'industrie.

Soyons clairs

Nous parlons ici de la gestion de la violence, qui s'est étendue au cyberespace et par l'utilisation généralisée de cyberarmes. Nos militaires, nos policiers, nous-mêmes avons besoin d'être en situation de réciprocité sauf à nous mettre en danger. Toutefois, une arme ne doit pas être en libre utilisation. Ses utilisations doivent être légiférées, décrétées, régulées.

Pour partie, leur cyberutilisation est régulées, parfois décrétée, pas encore légiférée. Le besoin réel est un cadre constitutionnel et une doctrine nationale de leurs règles d'emploi. La loi proposée entre dans ce sujet sans préparation (autre que le Livre Blanc sur la Défense Nationale qui ne l'a pas cadrée) ni au niveau parlementaire ni au niveau citoyen.

Nous avons en France l'état de paix, l'état de catastrophe naturelle, l'état d'urgence, l'état de guerre auxquels se rattachent des pouvoirs, droits et obligations. En ce qui concerne le terrorisme nous avons un plan gouvernemental Vigipirate qui relève du Premier ministre, associe tous les ministères, et qui est à plusieurs niveaux de mise en oeuvre. Le projet introduit est de lui paralléliser, et non de le compléter, par une vigilance permanente et non graduée au niveau du seul numérique.

Il semble que le besoin soit celui d'un "état de précaution", gradué ou non, où l'Etat, les Entreprises et les Citoyens adopteraient une posture "Digipirate", bénéficiant alors de moyens, aides et entraides nécessaires, dans des conditions d'emploi appropriées.

C'est le propos de ce site que de réunir à la disposition de le société civile et de tous, et aux côtés de ceux de l'Etat, des collectivités, et du secteur privé, la littératie sur l'état de l'art et l'information sur les propositions en cours.


(*) Avec celui des organisations internationales, ces trois domaines ont été documentés, par le double sommet mondial sur la société de l'information, comme les composants de la Gouvernance du Cyberespace dont la digitalité commune est mondiale.

-